Le Pays Basque Athlétisme (PBA) devient majeur et fête ses 18 ans : zoom sur l’entente athlétique du Labourd

par Sportagora
Le Pays Basque Athlétisme (PBA) devient majeur et fête ses 18 ans : zoom sur l’entente athlétique du Labourd

Quand les dirigeants des clubs d’athlétisme de l’Aviron Bayonnais, Saint-Jean-de-Luz/Ciboure et Bidache en 2002 ont décidé de créer une entente en unissant leurs associations, ils ne pensaient peut-être pas faire un aussi grand saut. Sur un modèle semblable à une communauté de communes version associative, chaque « membre » se donnait comme objectif commun la mutualisation des charges de fonctionnement, tout en assurant de meilleures conditions de pratique de l’athlétisme pour leurs licenciés.

« Au départ nous voulions répondre aux besoins des petits clubs en manque d’infrastructures et d’entraîneurs mais aussi réunir un plus grand nombre de pratiquants afin de constituer des équipes plus fortes. L’entente permet à n’importe quel coureur licencié dans un des clubs membres de s’entraîner où il le souhaite au sein des autres clubs. » témoigne Philippe Cutullic, secrétaire de l’entente pendant 8 ans puis président durant 5 ans jusqu’en 2014.

Bordeaux, Grenoble, Montpellier, Lille, …de très nombreuses villes -dans certains cas, couvrant presque l’ampleur d’un département- ont regroupé leurs clubs d’athlétisme afin de répondre aux impératifs économico-sportif. Parfois même, cela fut imposé par les instances politiques locales.

Dans le contexte des nouvelles régions, l’entente prend encore plus de sens, en raison des déplacements toujours plus éloignés. Pénalisés de facto par leur situation géographique excentrée, les clubs basques n’ont plus vraiment d’autres choix que de mutualiser les solutions de déplacements et de fonctionnement pour réduire la facture.

Du Pays Basque Athlétisme, dépendait donc la survie des petits clubs excentrés comme Bidache, qui a toujours été un vivier d’athlètes de bon niveau. Mais pas uniquement ! Au Pays Basque, la pérennité des clubs importants n’est jamais acquise non plus. Contrairement aux ententes bâties en unissant les clubs d’une seule grande ville, l’entente PBA unit les clubs d’un territoire. Car par sa nature et son histoire, le territoire basque ne possède pas une mégapole centrale qui rayonne et quelque club que ce soit, s’affaiblirait à vouloir exister seul.

L’athlétisme se porte bien en Pays Basque

18 ans de maillot rouge, vert et blanc estampillé de la croix basque et omniprésent sur les courses officielles !  Symbole de performance, d’ouverture et de partage, ce maillot aura fait sa place sur les stades et les sites où on lance, saute et court, non plus pour soi uniquement, mais pour son territoire. Car en Pays Basque, l’athlétisme se porte bien, avec un nombre croissant de licenciés et un encadrement de qualité. Actuellement, le PBA compte plus de 575 licenciés et des athlètes de niveau national, ce qui le positionne en 147ème place sur près de 2000 clubs, dans le ranking national.

Mais à se regrouper sans fusionner, se dessinent parfois des contours flous dont pâtit la gestion collective, devenue plus exigeante en 2012 avec l’embauche d’un entraineur. Après que Philippe Cutullic eut présidé l’entente avec succès, le passage de témoin tant attendu ne fut pas une chose aisée. En 2014, le PBA passa près de son dernier souffle après 6 mois sans président et sans bureau. Franck Larcade -ensuite président jusqu’en 2017- se jeta in extremis dans la fosse, espérant sauver l’entente de la noyade. La mise en forme d’un projet, la construction d’une équipe et l’obtention de partenaires privés permettaient de s’engager de manière sereine dans la valorisation de l’athlétisme, à l’échelle de tout un territoire.

Une victoire en nationale 2A aux interclubs en 2018

3 ans plus tard, en mai 2018, le Pays Basque Athlétisme vivait une de ses heures de gloire, avec une victoire en Nationale 2A aux interclubs, à Niort. Pour Franck, un projet avec des objectifs clairs et partagés est indispensable pour jouer des coudes sur l’échiquier régional : « La concurrence des pratiques est rude sur notre territoire. Le rugby, omniprésent, ainsi que la culture des pratiques sportives libres peuvent brider l’éclosion d’athlètes de haut niveau. Nous restons sur notre seuil critique, lié à une configuration géographique sans grosse densité de population, sans infrastructure dédiée uniquement à l’athlétisme, avec un maillage diffus et une capacité de partenariat peu tournée vers le soutien à l’athlétisme, cumulée à un faible soutien des instances publiques. »

Pourtant, de l’importance du PBA, découle également sa capacité à négocier avec les gros clubs des agglomérations « étudiantes » et à proposer à ses licenciés des solutions d’entraînements pendant le temps de leurs études, tout en portant les couleurs du PBA. « Il est indispensable d’être structuré, de sentir que l’on a du poids pour conserver nos athlètes » témoigne Franck.

Shianne Smith – 3e place aux Championnats de France d’Épreuves combinées 2019 Indoor à Rennes – (avec le dossard 64 svp!)

Depuis 2018, l’équipe dirigeante du PBA s’est donc vue renforcée par l’arrivée de Philippe Lafourcade, actuel président de l’entente. Philippe est une figure de l’athlétisme qui fut président de club, président de comité départemental, vice-président de la Ligue d’Aquitaine et reste membre de plusieurs commissions fédérales au sein de la Fédération Française d’Athlétisme. A la tête de l’entente depuis 12 mois, il dynamise la trajectoire initiée en 2015 et l’amplifie avec la sérénité qui accompagne l’expérience et les connaissances. Le PBA, fort d’une vision globale et d’un projet visionnaire, compte de belles années devant lui, sûrement les plus belles en s’appuyant peut-être sur le transfrontalier et le jumelage réussi en 2020 avec le club Navarrais du Pamplona Atlético, 5ème club espagnol.

Membre depuis la création du PBA, l’Aviron Bayonnais Athlétisme ne fait plus partie de l’entente depuis 2018, suivi par le club d’Hasparren qui aura traversé l’entente pour quelques saisons. Toutefois, Bayonne demeure présent dans l’union puisqu’un autre club de la ville, le Club Olympique Bayonnais (COB) a rejoint les rangs du PBA avec satisfaction en 2019.

Désormais, le Pays Basque Athlétisme compte 4 clubs membres : Anglet Olympique Athlétisme / Bidache Sport Athlétisme / Saint Jean de Luz Ciboure Athlétisme / Club Olympique Bayonnais. Dans le respect de l’identité des clubs qui le composent, le PBA aide ses membres au recrutement et à la formation continue des entraineurs pour un encadrement de qualité, organise les déplacements et donne aux compétiteurs par équipe, la possibilité d’atteindre le haut-niveau. Peut-être un jour, d’autres viendront s’unir au PBA et amèneront leur pierre à l’édification de ce projet sportif athlétique à l’échelle du territoire basque.

Quelques « performeurs  actuels » du PBA :

 

Nicolas Mariani – Finaliste sur le 800m aux championnats de France Juniors en 2018. Actuellement dans le top 20 français sur cette distance en catégorie Espoir. Retrouvez un article complet sur le garcon ici.

Une entente, un nom, des perfs!

Equipe Senior Féminine de Cross Court sur le podium de la 1/2 Finale des championnats de France de Cross 2020 à la Souterraine (Tiffanie Malleville, Gwendoline Saint-Laurent, Manuella Leroueille, Stéphanie Trebucq, Murielle Miguelgorry et Laurianne Camidebach)

4- En photo de couverture: Photo collective de l’équipe des Interclubs 2019 : montée en Nationale 2B (photo en tête d’article)

5- Sloan Larroumet – régulièrement dans le Top 10 national depuis 2017, 4e des Frances en Cadet et Junior, il est actuellement 13e meilleur lanceur français.

Sloan à la chasse au titre!

Vous devriez aussi aimer

Laissez un commentaire