Dominique Lahirigoyen : “Nous sommes peut être arrivés sur un pic en ce qui concerne le nombre de courses. “

par Sportagora
Dominique Lahirigoyen : “Nous sommes peut être arrivés sur un pic en ce qui concerne le nombre de courses. “

Un nombre de courses en forte augmentation
Notre arrivée sur le chronométrage a coïncidé avec le moment où le nombre de courses a explosé. La course nature est très à la mode. Autant la course sur route a plafonné et attire moins de coureurs aujourd’hui, autant le nombre de trails a augmenté spectaculairement ces dernières années. L’année dernière nous avons chronométré plus de 70 courses !

Des régions propices à ce développement
Je pense que notre région, le Béarn, le Pays Basque, se prêtent à cette pratique sportive. Les profils des courses peuvent être différents : coteaux, plaines vallonnées, forêts, circuits en moyenne voire en haute montagne. Les paysages sont magnifiques. Les circuits tracés sont variés et attirent les coureurs de niveaux différents en proposant régulièrement plusieurs distances de courses dans une même manifestation. Les marcheurs ne sont pas oubliés non plus. Il n’est pas rare de voir des randonnées organisées parallèlement aux trails.

Des manifestations festives
De nombreuses associations, des clubs sportifs, des parents d’élèves, des communes se sont mis à organiser des courses. C’est sûr, c’est une activité sympa, très à la mode donc tu vas attirer des coureurs. Tu vas aussi fédérer des gens pour l’organisation, c’est un bon vecteur pour la solidarité et les échanges dans une commune. C’est une animation sympa aussi. L’ambiance est bonne enfant. La championnite n’a pas gagné les courses et les participants apprécient de partager un moment de convivialité à l’issue de la course.

Un développement anarchique
Le problème, c’est que ce développement s’est fait de manière un peu anarchique. Il devient de plus en plus difficile d’élaborer un calendrier des courses. A l’origine, une association, émanation de la FFA tentait de réguler, de règlementer les inscriptions de ces courses au calendrier. Par exemple, il y avait une règle qui empêchait à deux manifestations de se tenir à moins de 80 kilomètres.
Cette régulation a volé en éclat. Cela pose problème aujourd’hui. Je me rends compte que notre site sert un peu de base à l’élaboration du calendrier pour certains organisateurs et des coureurs. Des associations nous contactent parfois pour que nous les aidions à choisir des dates.

La question de la pérennité de certaines courses
Par contre, on peut se poser la question du devenir de certaines courses. Il est évident que des organisations vont s’essouffler ! Les organisations sont lourdes à gérer elles demandent un engagement et un nombre de bénévoles importants. Les budgets grimpent vite. Nous sommes peut être arrivés sur un pic en ce qui concerne le nombre de courses.

Vous devriez aussi aimer

Laissez un commentaire